SAINTE THÉRÈSE D'AVILA

Le Château de l’âme
ou le Livre des Demeures



 


Avec Sainte Thérèse d'Avila, nous entrons pleinement dans la mystique chrétienne. Si je devais présenter cet écrit en une phrase, je dirait qu'il est une invitation à pénétrer, par l'Oraison, dans le château de l'âme pour y rencontrer le Bien-Aimé.

Qu'est-ce que l'Oraison ? Le dialogue spontané et continuel avec Dieu. C'est, d'une certaine manière, le socle commun à toute spiritualité : la vie de notre relation avec l'univers. Comme chez Sainte Catherine ou Sant Jean de la Croix, ce texte insiste sur les vertus de de l'Oraison et offre de nombreux conseils pratiques pour la perfectionner.

J'avais noté quelques phrase de l'auteur qui faisait l'introduction du Château de l'âme, mais je n'ai plus son nom!

Introduction :
L’Oraison est un chemin qui mène à la perfection de la charité et pour certains à l’union mystique.
Croire qu’elle est possible

On ne peut la forcer, mais s’y disposer par l’humilité, la pureté de conscience, le don de soi dans le service des autres (bases de l’ascèse thérésienne)
Dieu ne se donne entièrement à nous que lorsque nous nous donnons entièrement à Lui. Il n’y a qu’à se soumettre à Sa volonté. Ces bien qui Lui appartiennent, le Seigneur les donne quand Il veut, comme il veut, et à qui Il veut, sans faire de tord à personne.
Extase, ravissement, élévation, envol d’esprit, rapt, transport, suspension. Le phénomène de l’extase est dû à l’irruption, généralement brève, de la lumière et de l’amour divin dans les facultés spirituelles.
Croyez-moi, le plus sûr est de ne vouloir que ce que Dieu veut, il nous connaît mieux que nous ne nous connaissons nous-même, et il nous aime. Remettons-nous entre ses mains pour sa volonté s’accomplissent en nous.
Les grâces mystiques ne sont pas nécessaires pour atteindre la perfection, avec laquelle il ne faut pas les confondre.


Jésus
La force d’obéissance aplanit d’ordinaire les difficultés que l’on regarde comme insurmontable.
Dans le cas où je dirai quelque chose de bon, cela ne viendrai pas de moi.


Premières Demeures

L’âme est comme un château qui renferme beaucoup d’appartements, ainsi que le ciel qui renferme beaucoup de demeures.
Ce château est fait à l’image de Dieu, il a donc une dignité sublime et est beau.
Nécessité de se comprendre soi-même est de savoir ce que nous sommes.
Quel est Celui qui habite au dedans de notre âme?
Quelle en est la valeur inestimable?
Beaucoup d’appartements, au centre se trouve le principal, celui où se passent des choses très secrètes entre Dieu et l’âme.

Dieu manifeste ses grandeurs parfois à travers certaines personnes. Il nous invite par là à le louer dans ses créatures. Dieu aime que nous ne fixions pas de limites à ses œuvres.

Comment pénétrer dans ce château? De nombreuses âmes se trouvent dans l’enceinte extérieure du château, malgré la noblesse de leur nature et le pouvoir qu’elle ont de converser avec Dieu Lui-même. Pour l’Oraison, il est conseillé à l’âme de rentrer au-dedans d’elle-même.
La Porte qui donne l’entrée à ce château est l’oraison et la considération.
La prière où l’on ne considère ni à qui l’on parle, ni ce que l’on dit, ni la nature de celui qui prie, ou celle de celui à qui l’on s’adresse, je ne saurai l’appeler oraison. Or c’est une grande chose pour trouver la porte de ce château que de se connaître soi-même et de constater que l’on suivait une mauvaise route.
 
Planter l’arbre sur une bonne source pure pour qu’il puisse donner de beaux fruits. Cette source au centre de l’âme est toujours au-dedans et rien ne peut lui ravir sa magnificence.
Pour y accéder, humilité et crainte d’offenser Dieu. Considérer que toutes les bonnes oeuvres ne viennent pas de nous leur principes, mais de cette source où est planté l’arbre de nos âme, de ce soleil Divin dont la chaleur vivifie nos oeuvres.

Portez les regards au centre du château. C’est là qu’est la demeure, le palais où habite le Roi.

La capacité de l’âme dépasse de beaucoup ce que nous pouvons imaginer, car toutes les partis du château  reçoivent la lumière du soleil qui s’y trouve.
Même si le Seigneur nous invite dans sa demeure, ne pas oublier qui l’on est. Une âme humble travaille toujours comme l’abeille qui fait son miel dans la ruche.
Vous pratiquerez beaucoup mieux la vertu en considérant les perfections divines qu’en tenant toujours le regard fixé sur votre propre limon.
Tant que nous vivons sur la terre, il n’y a rien de plus nécessaire pour nous que l’humilité. Il est très bon de s’appliquer à entrer dans la demeure où l’on s’occupe de cette vertu avant de prendre son vol vers les autres, parce qu’elle est le chemin qui y conduit.

Nous n’arriverons jamais à nous connaître nous-même si nous ne cherchons à connaître Dieu. Jeter tout à tour son regard sur Dieu et sur soi-même.
Portez vos regard sur le Seigneur, c’est que vous apprendrez la véritable humilité.
Ici, les sens et les puissances, vassaux du Seigneur, ne sont pas encore assez fort par eux-même, toujours demander le secours de Dieu et veiller.

La perfection consiste dans l’amour de Dieu et du prochain.

S’il y a un problème, n’en parler qu’à la personne qui peut y apporter un remède (contre médisance)


DEUXIÈME DEMEURE

Ceux qui ont commencé l’oraison peuvent ressentir quelques appel de Dieu à travers livre, sermon, personnes...
Entrez plus profondément, là où tout est suave, parce que l’âme ne veut que ce que Dieu veut.
Sa Majesté sait mieux que nous ce qui nous convient
L’unique ambition de celui qui commence à s’adonner à l’oraison doit être de travailler à s’affermir dans les bonnes résolutions, et de négliger aucun moyen pour rendre sa volonté conforme à celle de Dieu.
Plus votre volonté sera conforme à celle de Dieu, plus vous recevrez de Lui, et plus vous serez avancés dans la voie de la perfection.
Ne vous découragez donc point quand il vous arrive de faire quelques chutes; reprenez aussitôt votre marche en avant. Dieu saura tirer le bien de ces chutes.
La Paix : si vous ne travaillez pas à la posséder dans votre propre demeure, vous ne la trouverez point chez les étrangers.
Pour gouter la paix de façon plus constant, il faut se recueillir non à force de bras, mais avec suavité. Lorsque l’on a perdu le recueillement, il n’y a point d’autre remède que de le chercher de nouveau, sans cela, l’âme le perdra chaque jour d’avantage.

 


TROISIÈME DEMEURE

Sécheresse: manque d’humilité. Puiser dans la sécheresse l’humilité et non l’inquiétude.
L’amour doit être prouvé par les oeuvres.
Tout ce que vous faites ne peut être suffisant s’il n’y a la crainte de Dieu.
Seigneur, vous qui connaissez toute vérité, daigner nous éprouver afin que nous nous connaissions.
C'est un faute de chercher des raisons de souffrir pour Dieu.
Apprenez à vous connaître et vous éprouver avant que Dieu ne s’en charge.
L’humilité est toujours le remède à nos plaies.
S’exercer beaucoup à une obéissance prompte afin de ne suivre en rien sa propre volonté.
Considérons nos propres fautes et non celles du prochain.

 

 


QUATRIÈME DEMEURE

La satisfaction (contentement) par de notre nature et remonte vers Dieu (gratitude)
Les gouts (grâce) commencent en Dieu puis sont perçu par notre nature (Joie) = Oraison de quiétude.
L’important n’est pas de penser beaucoup mais d’aimer beaucoup. Faites donc ce qui stimulera davantage en vous l’amour.
Ce qui pratiquent l’oraison ne doivent pas se plaindre des afflictions dans lesquelles elle tombe, mais recevoir ces épreuves intérieures comme de moyen d’éprouver leur foi, de la faire grandir, de la renforcer.
Se sentir indignes des faveurs de Dieu. Pour ne point rechercher ses faveurs, mais l’aimer d’une manière désintéressée.
Dieu est au dedans de nous-même, il appelle nos âmes d’une manière toute particulière à a vie intérieure. Dans ce lieu, le Seigneur veut que nous lui adressions nos demandes et que nous considérions que  nous sommes en sa présence.
Il n’y a aucun effort, ni contrôle de sa respiration, il n’y a se remettre entre les mains de Dieu, pour qu’il fasse de nos âmes ce qu’il voudra, avec le plus complet désintéressement de son avancement qu’elle pourra et la plus complète résignation au bon vouloir de sa majesté.


CINQUIÈME DEMEURE

Union dans l’Oraison.
Nous pouvons nous préparer, mais c’est Lui qui décide.
Nos oeuvres doivent manifester notre amour de Dieu et du prochain.
Progresser, chercher à se connaître et demander le support de Dieu sans cesse.

Oraison et contemplation.
Dieu donne des forces à notre âme. En union, le démon n’ose plus entrer car n’union est trop intime.
Toujours croire que Dieu peut apporter de nouvelles faveurs et des grâces plus élevés, sinon, c’est s’y fermer.
Il nous suffi de comprendre que la puissance de Celui qui agit est infinie.

Nous ne pouvons décider à sa place, mais nous pouvons préparer la demeure: nous ne pouvons rien enlever ni ajouter à Dieu, mais ce que nous pouvons c’est retrancher de nous-même et donner de nous-même.
Renonçons à l’amour propre et à notre volonté propre; détachons-nous de toutes les choses de la terre; livrons nous à la pénitence, à l’oraison, à la mortificaiton, à l’obissance et à toutes les pratiques de vertus que vous connaissez.
J’ai désiré ardemment (sortir de cette vie)
La véritable union peut très bien s’obtenir, avec l’aide de notre Seigneur, quand nous nous efforçons de dans ce but de n’avoir plus de volonté propre et de nous attacher à tout ce qui est exigé par la volonté dé de Dieu.
Dieu ne demande que deux choses: que nous l’aimions et que nous aimions notre prochains. Voilà quel doit être le but de tous nos efforts.
Ce sont des oeuvres que le Seigneur demande de nous.
Fiançailles spirituelles: mettre tous ses soins à ne point rompre par leur faute de si divines fiançailles.
Ne cessons jamais de demander à Dieu dans notre oraison qu’il nous soutienne de sa main, nous devons considérer toujours que, s’il vient à nous abandonner, nous tombons aussitôt.
Il nous faut travailler à réaliser sans cesse de nouveaux progrès.

 


SIXIÈME DEMEURE

Lorsque Dieu éprouve, parle, donne et anime le désir.
Tout ce qu’une âme est capable d’endurer est de peu de valeur en comparaison des avantages qui lui sont réservé.
L’âme voit clairement que si elle possède quelque bien, elle le tient de Dieu et nullement d’elle.
Les Paroles que Dieu apporte à l’âme et l’empire qu’elles apportent avec elles. Dans la paix profonde l’âme est inondée.
La parole du Seigneur s’accomplie. La clarté, simplicité, signe de sainteté du ravissement.
Le ravissement peut revenir lorsqu’on se souvient d’une parole de Dieu, renaissance. Compassion de Dieu de nous avoir vu souffrir si longtemps.
Le vol d’esprit. L’âme doit se montrer très ferme dans la foi, la confiance et l’abandon à la volonté de Dieu pour qu’il en fasse ce qu’il voudra.
Faire grandir la connaissance de la grandeur de Dieu, la connaissance de nous-même et l’humilité.
Les larmes qui viennent de Dieu donnent la paix.
Quand le feu de la piété n’est pas allumé dans la volonté et que l’on ne sent pas Dieu présent, il faut le chercher.
Vision intellectuelle: sentir la présence et savoir qui est là.
Vision imaginaire: voir avec les yeux de l’âme.
Offrir sa sincérité à son confesseur comme à Dieu dans l’oraison.
Le Seigneur accorde les faveurs en nous donnant d’abord une profonde connaissance de nous-même.
Ne point désirer que l’on nous estime meilleur que nous sommes.
L’humilité consiste à marcher selon la vérité.
Plaise à Dieu de nous faire la grâce de ne jamais perde cette connaissance de nous-même.
Dieu accroit le désir d’union à Lui
.

 


SEPTIÈME DEMEURE

Chacun de nous a une âme mais comme nous n’avons pas pour elle l’estime que mérite une créature faite à l’image de Dieu, nous ne comprenons-point les secrets qu’elle renferme.
Mon unique ambition est de publier les Miséricordes du Seigneur afin que son nom soit loué et glorifié davantage.
L’âme est comme un monde intérieur où se trouve des demeures resplendissantes.
Notre Dieu de bonté veut que les écailles des yeux de l’âme tombent enfin pour qu’elle voie et comprenne par un mode extraordinaire quelque choses de la faveur qu’il lui accorde.
Jésus viendra lui-même avec son père et le saint esprit habiter dans l’âme qui l’aime et garde ses commandements.
Union de l’âme avec Dieu : c’est que l’âme ou l’esprit de l’âme est devenue une seule chose avec Dieu.
L’âme demeure toujours avec Dieu dans le centre.
Celui qui s’approche de Dieu et s’attache à lui devient un même esprit avec lui.
L’âme voit clairement que c’est Dieu qui lui donne la vie.
Pour le sauveur, parler c’est agir en nous (verbe): allez en paix.
Les puissances, les sens et les passions ne sont pas toujours dans cette paix, seule l’âme s’y maintient. Les autres peuvent combattre mais la paix reste dans l’âme.
Paix dans l’adversité.
la conscience est morte dans une allégresse indicible et le Christ vit en elle.

Qu’elle eut soin des ses intérêts à Lui et que Lui veillerai sur les siens.
L’âme dans cet état est embrasé d’un tel désir que la volonté de Dieu s’accomplisse en elle qu’elle trouve bon tout ce qu’il ordonne.
Rappelez vous que ces impulsions de piété viennent de cette demeure intérieure de l’âme où Dieu habite; et rendez à ce divin maitre les plus vives actions de grâce.
Seigneur que voulez vous que je fasse (saint paul à chaque fois qu’il ressentais l’appel de Dieu)
Quiétude, Dieu et l’âme jouissent mutuellement l’un de l’autre dans un silence très profond.
Les croix ne manquent pas mais elle ne les troubles ni ne leur font perdre la paix.
Les tempêtes intérieures sont rares mais notre Seigneur la permet pour que l’âme ne perde pas de vu ce qu’elle est et qu’elle reste toujours humble.
Bienheureux celui qui craint Dieu.
Si on veut que l‘oraison nous profite, il faut nous plier à la volonté du Seigneur et y conformer nos oeuvres.
Chercher à acquérir les vertus.
Qui n’avance pas recul.

Notre Seigneur ne regarde pas la grandeur de nos oeuvres, mais l’amour avec lequel nous les accomplissons.

JÉSUS

Il est impossible d’arriver à toutes ces demeures par nos propres forces, c’est le maître du château lui-même qui peut nous y introduire.

Si quelque chose de beau dans mes écrits, cela vient du Seigneur, si c’est mauvais, cela vient de moi.

 


 

therese avila.jpg